Accueil > Historique

Du 2ème millénaire avant J.C à nos jours

Emplacement « clé » de l’antique route de l’étain, Rochevilaine est un lieu où les phéniciens seraient venus acheter et transporter l’étain nécessaire aux fonderies de cuivre réalisant la production de bronze, matériau universel de l’époque. Ils en furent probablement les premiers hôtes.


Beaucoup plus tard, au XIIIème siècle, Jean 1er Duc de Bretagne fonde à Pen Lan l’abbaye de Prières. Elle fut offerte aux moines cisterciens afin qu’ils prient nuit et jour pour leur fondateur et… l’âme des marins qui feraient naufrage sur cette côte périlleuse d’où son nom de Prières.
 

Rochevilaine garde de cette époque un poste de guet faisant partie de la propriété abbatiale ; celui-ci est accolé à une tourelle circulaire servant au stockage des poudres (aujourd’hui du vin !).
 

Plus tard, en 1759, le site sera le témoin de la désastreuse « Bataille des Cardinaux ». Face aux anglais, la France subit une défaite humiliante laissant 6 500 disparus devant Rochevilaine. Certains vaisseaux et leurs équipages y reposent à jamais.
 

Au 19ème siècle, Pen Lan aura une vie économique très active. C’est l’apogée des marais salants « l’or blanc » dont la production a été mise en place, autrefois, par les moines de l’abbaye de Prières. Par ailleurs, la flottille de pêche côtière anime grandement le petit port.
 

Plus récemment encore, différents blocs du « Mur de l’Atlantique » ont été installés en ce lieu stratégique : plates formes pour canons, abris souterrains…Rochevilaine garde le souvenir de ces fortifications qui truffent ses sous sols.
 

De tout cela ne restait à la fin du 2ème conflit mondial qu’un souvenir matérialisé par des murs à l’abandon.

C’est en 1952 que Henri Dresch ingénieur et industriel acquit l’endroit. Il commença par déblayer, nettoyer la place et « retapa » la maison du Vicomte, ancienne villa balnéaire du 19ème siècle réduite à l’état de ruine par la guerre, pour y ouvrir en 1956 une auberge qui figurera au Guide Michelin dès 1958.
Ainsi, pas à pas, prit forme une hôtellerie insolite.

 

Deux manoirs de l’arrière pays ont été transportés pierre à pierre ; l’un du XVème, l’autre du XVIème…Puis vint un porche monumental du XIIIème siècle. Henri Dresch laissera un ensemble architectural surprenant.

 

Quelques années difficiles passeront avant que Jean-Pierre Liégeois, médecin, sensible aux forces de l’endroit se lance avec bonheur dans la construction d’un véritable château tout de granit - baptisé Aqua Phénicia - et inondé de lumière par une verrière intérieure.

 

En 1997, après avoir acquis une solide réputation d’hôtelier restaurateur et développé un très important groupement hôtelier en France et en Europe, Bertrand Jaquet, riche de son expérience arrive à la barre du navire Rochevilaine et paradoxalement en devient le premier propriétaire hôtelier.

Sage, innovant, homme d’action et de passion, Bertrand Jaquet se place dans la lignée d’Henri Dresch le fondateur. Ses choix sont toujours guidés par le souci de postérité. Sa fille Cécile Nouail Jaquet et son gendre Maxime Nouail sont actifs à ses côtés depuis plusieurs années.
 

Précurseur, Bertrand Jaquet dote (dès 1997) le Domaine de Rochevilaine du premier Spa français. La notion de « spa marin » est née !
 

En 2004 ce fleuron de l’hôtellerie bretonne revient brillamment dans la chaine internationale des Relais & Châteaux. Il faut dire ici qu’il en est l'un des plus anciens membres de toute la région Bretagne puisqu’il apparaissait dès 1967 dans le guide des Relais de Campagne ancêtre du groupement international.


 

L'histoire du Domaine de la Rochevilaine, Fleuron de l'hôtellerie bretonL'histoire du Domaine de la Rochevilaine, Fleuron de l'hôtellerie bretonL'histoire du Domaine de la Rochevilaine, Fleuron de l'hôtellerie bretonL'histoire du Domaine de la Rochevilaine, Fleuron de l'hôtellerie bretonL'histoire du Domaine de la Rochevilaine, Fleuron de l'hôtellerie bretonL'histoire du Domaine de la Rochevilaine, Fleuron de l'hôtellerie bretonL'histoire du Domaine de la Rochevilaine, Fleuron de l'hôtellerie bretonL'histoire du Domaine de la Rochevilaine, Fleuron de l'hôtellerie breton